Billet d’humeur ... Le Vert aboie, la caravane présidentielle passe !

Publié le par l'agora de Bretagne

Par Christophe KERGOSIEN

 

pourmoiceva.jpg

 

« Oukaze », « ultimatum »… on appréciera le poids des mots choisis par François HOLLANDE pour qualifier certains positionnements très fermes rappelés ces derniers jours par les dirigeants verts et leur candidate à la présidentielle, à la veille de la reprise des négociations. 

 

Les sujets de friction sont bien connus, la sortie du nucléaire, des mots que le candidat HOLLANDE se refuse à prononcer, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qu’il n’envisage pas de stopper et bien entendu l’accord sur les législatives et le nombre de circonscriptions réservé aux Verts. 

 

Le menu concocté par les Verts est relativement consistant, comme toutes les bonnes cuisines populaires, même électorales, et il n’a pas évolué d’un iota depuis l’investiture de Eva JOLY à la primaire écologiste qui a réuni…16 000 votants ! Une véritable révolution au pays du microcosme vert. Il n’en fallait pas tant pour redonner des ailes aux soldats verts les plus enflammés. Comme au lendemain du résultat surprise aux européennes (encore merci Dany pour cette parenthèse joyeuse !), les Verts s’imaginent plus beaux qu’ils ne sont. On se souvient alors qu’ils envisageaient sérieusement de gagner des régions, de passer devant le PS.

 

Aujourd’hui, le « raz de marée électoral » qui a intronisé Eva JOLY, commandeur suprême de la flottille verte, propulse la candidate aux lunettes rouges dans un scénario tout à fait inattendu marqué du sceau de la myopie. Et le voyage à Fukushima n’a pas arrangé les choses. La participation à la primaire citoyenne, près de 3 millions d’électeurs ? Anecdotique semble penser avec aplomb Mme JOLY ce matin sur Europe 1. Une question pernicieuse du journaliste qui sans doute visait à remettre en cause la légitimité de la candidature verte. 

 

Quoi qu’il en soit, on ne lasse pas de réécouter la réponse de Mme JOLY : « Le problème, c’est que moi j’ai raison. Et je suis portée par l’histoire. Quand on est légitime et qu’on a raison, on est irrésistible ». Une bien jolie phrase qui ne fait pas un haïku même si on peut y percevoir une certaine évanescence, comme l’emploi déterminé de mots qui vont se dissiper à l’ouverture de la négociation avec le Parti Socialiste. A moins qu’ils ne révèlent avec beaucoup moins de poésie un esprit kamikaze ce qui expliquerait que le député François DE RUGY, qui, lui, a atterri bien qu’il soit contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, demande à Cécile DUFLOT et consorts de calmer le jeu car in fine il s’agit bien de participer à la dynamique de l’alternance, certainement pas de la combattre.

 

Bon, d’accord, c’est toujours un peu la tendance à quelques jours de discussions importantes, on met la pression. Mais l’histoire récente nous montre encore à quel point l’animal vert a la chaîne bien accrochée à sa niche. Quand le Vert aboie, le socialiste passe…sans s’arrêter ! Il n’est pas certain que l’écologie en sorte grandie en 2012. Ce sera peut-être là l’effet surprise de Fukushima, le retour dans les urnes à la case 2007 pour les Verts. Ils pourront alors se consoler en méprisant les électeurs en se disant que de toute manière, ils ont raison. Fin de l’histoire avec un petit « h ». Bien heureusement, la géographie de l’écologie ne se limite pas aux frontières vertes. Avec ou sans eux, nous avancerons car il faut avancer. 

 


 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article

Alain Tortelier 26/10/2011 15:34


Franck d'accord mais si on se gausse ici d'eelv qui ne fait que 16000 votants à ses primaires, que représente Corinne Lepage et Cap 21 ? et elle sait bien (elle a beaucoup de métier) faire parler
d'elle, notamment lors de la sortie de son livre sur le nucléaire
Quand aux autres militants de l'écologie politique, ils sont où ? il faut bien s'inscrire dans un mouvement un moment ou l'autre ou alors rester dans l'associatif mais avec ses limites.


Franck Poirier 26/10/2011 14:27


Il faudrait que le PS échange avec toute l'écologie politique et pas seulement avec EELV, ça permettrait certainement un débat moins caricatural.
Je me demande parfois si la présence dominante dans les médias d'EELV ne nuit pas finalement à l'image de l'écologie. Eva Joly revient de Fukushima, on en parle beaucoup, Corinne Lepage s'y est
rendue bien avant, c'est dommage qu'on en ai pas plus parlé (même chose sur d'autres dossiers les gaz de schiste ou l'aérioport NDDL où ce n'est pas toujours EELV qui est le plus en pointe).


Alai Tortelier 26/10/2011 14:25


je note quand même trois articles à suivre contre EELV, ça fait beaucoup, non ?
et la question à laquelle vous ne répondez pas, toujours caché derrière vos commentaires : êtes vous pour la sortie du nucléaire ? que pensez vous de la position de Hollande sur ce point ? et
comment le faire évoluer puisque c'est le fond de votre critique ?