L’abeille, l’huître et le souriceau (de laboratoire !) ... par Pascale LOGET (27/05/2011)

Publié le par l'agora de Bretagne

Quoi de commun entre ces trois êtres vivants ?

L’abeille et l’huître sont devenus des symboles de la crise écologique et de la perte en biodiversité. De mauvais gagnepains pour les uns ; apiculteurs et ostréiculteurs perdent tant de ruches et de naissains. Des combats pour les  autres qui hissent les reines abeilles sur les toits des villes.

Quant au souriceau, La Fontaine n’y trouverait pas son petiot dans les défilés de chimères que fabriquent les start-up. Pauvres vermisseaux, mouches et moustiques génétiquement modifiés censés remplacer l’abeille ! Tristes huîtres triploïdes nées en labo censées remplacer les huîtres nées en mer ! Malheureuses abeilles tuées par les Cruiser ou les Gaucho de tous poils !

Voyez comme elle parle, une folle ou une poète.

Cette empathie pour les vermisseaux – que nous sommes – il faudra bien entendre que nous sommes écoumène, parties prenantes de cette communauté vitale, de cette arche de Noé déliquescente. Je suis, tu es, nous sommes le jardin planétaire. Arrêtons de croire à ces histoires à dormir debout.

Sécheresse ? Un représentant de la FNSEA dit « On attend que les scientifiques nous fassent des maïs qui poussent sans eau ». Hécatombe marine ? Un autre, éleveur d’huîtres annonce qu’ « Une nouvelle huître R de labo va nous sauver ». Pendant ce temps, la banquise fond et des hordes de bons moustiques OGM anti-paludisme sont larguées en Asie comme dans un roman de Bordage.

Le progrès humain n’est pas cette foi en la Technoscience qui génère tant de vulnérabilité. Ce n’est pas non plus le contraire :  la bonne nature, la Décroissance. Cela a certainement à voir avec une reprise en main de nos vies, de la vie là où on est. De la résistance, pas de solutions irréversibles comme le transgénique ou le nucléaire. Du Care, de l’attention, de l’empathie vis-à-vis des êtres vivants, vermisseaux, merveilleux  souriceaux que nous sommes.

agora-pascale.jpg

Commenter cet article