L'appropriation du vivant, un danger toujours bien présent

Publié le par l'agora de Bretagne

agora-INRA-le-rheu.jpg

 

Il existait en France un moratoire sur l'OGM MON 810. Le Conseil d'Etat vient de l'annuler relançant ainsi le débat quelque peu endormi sur les plantes et les organismes génétiquement modifiés. Dans le même temps, l'Assemblée Nationale a adopté une loi sur les certificats d'obtention végétale. Un paysan qui désormais utilisera ses propres semences sera tout simplement taxé à la surface. Le contrôle du vivant et l'autonomie des citoyens, particulièrement des paysans, sont plus que jamais d'actualité. Bien entendu, les lobby semenciers restent à la manoeuvre avec des législateurs plus ou moins complaisants. 

L'Agora a rencontré Véronique CHABLE (ingénieure de génétique végétale, INRA-SAD Paysage Rennes le Rheu) et Estelle SEPOLAY (Génétique Végétale) chercheuses à l'INRA. Nous avons demandé à Pascale LOGET, militante écologiste bien connue et ex-vice-présidente du Conseil régional de Bretagne en charge de la question des OGM de mener cet entretien qui permet de se faire une idée assez juste des enjeux, notamment ceux de la recherche. 

l'entetien en podcast

Publié dans AGRICULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article