Notre-Dame-des-Landes, gage de la transition écolo de HOLLANDE

Publié le par l'agora de Bretagne

Par Christophe KERGOSIEN

 

agora-NDDL-ULM.jpg

 

L’écologie aura été la grande absente du discours du Bourget prononcé par François HOLLANDE. Elle apparaît timidement dans les 60 mesures annoncées quelques jours plus tard par le candidat vainqueur de la primaire citoyenne. Ce double constat peut légitimement inquiéter les écologistes. Révèle-t-il un désintérêt profond de François HOLLANDE pour la question écologique ? Certains sont portés à le croire. S’agit-il d’une tactique visant à céder l’espace électoral à Eva JOLY ? Une hypothèse peu probable car le score de François HOLLANDE doit être le plus haut possible au 1er tour pour aborder le second dans de bonnes conditions. 

 

En élargissant notre regard, on constate que l’écologie n’est pas, contrairement à 2007 sous l’impulsion de Nicolas HULOT, un sujet de la campagne, chez François HOLLANDE comme chez les autres candidats, Eva JOLY comprise. L’équipe de campagne de la candidate des Verts vient une nouvelle fois de modifier sa stratégie preuve qu’elle navigue à vue. La candidate est invitée à se recentrer sur les thématiques écolo. Dany COHN-BENDIT et José BOVE, les deux figures emblématiques de la dynamique EELV aux Européennes, malheureusement gangrénée depuis par les Verts, sont venues à la rescousse en espérant éviter un naufrage électoral annoncé qui solderait l’échec de la stratégie verte avec en perspective un effet secondaire douloureux, le déploiement des candidatures socialistes en dehors du champ de l’accord passé en novembre entre les deux appareils. 

 

Les avancées obtenues ces dernières années grâce au Grenelle de l’environnement sur la place de la question écologique dans le débat politique seront-elles pour autant remisées au placard ? Cela semble peu probable. 

 

Dans un récent billet paru dans le Monde, le journaliste Hervé KEMPF plaçait l’avenir de l’écologie sur le terrain des luttes. On relève effectivement dans l’histoire de l’écologie une constante qui va dans ce sens : les progrès obtenus dans le domaine environnemental sont le fruit des combats menés dans les territoires souvent en opposition à des projets qualifiés de productivistes. C’est le cas précisément de la lutte engagée contre le projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes. Pour autant, la lecture d’Hervé KEMPF n’est guère satisfaisante car parcellaire. La participation des écologistes à des exécutifs élus a démontré qu’elle permettait d’obtenir des victoires dans le prolongement des luttes engagées. Souvenons-nous de l’arrêt de Superphénix à mettre au crédit de Dominique VOYNET alors ministre de l’Environnement de Lionel JOSPIN. Des projets écologistes naissent également sur les territoires à l’initiative d’élus et ils contribuent à concrétiser et donc à valoriser la proposition écologiste.  Ainsi, le réseau BRUDED réunit des maires engagés dans des démarches écologistes à l’échelle de leurs communes.

 

Même si la fibre écologiste n’est pas la constituante principale de l’habit hollandais, ce dernier ne pourra faire autrement que de l’intégrer dans ses priorités de l’action gouvernementale. Son intervention lors du 36ème congrès de France Nature Environnement est à ce titre éclairante et finalement rassurante. Il est bien question de poursuivre le partenariat engagé avec les écologistes dans le cadre du Grenelle de l’environnement. C’est le sens de la conférence environnementale et de la méthode qui lui est attachée avec une approche locale dans le cadre de nouvelles compétences décentralisées en complément d’une discussion nationale. C’est bien en effet au niveau des territoires que l’économie écologique énoncée par le candidat peut prendre son envol pour un peu que, comme il le dit, la fiscalité écologique, la législation, la réglementation, les tarifications soient à niveau et stabilisées dans le temps. 

 

En chargeant le futur Premier ministre de la transition écologique, François HOLLANDE envoie un signal fort sur l’importance qu’il accorde à cette question foncièrement transversale et qui ne peut être traitée que dans la cohérence des politiques publiques engagées. Il dépasse ainsi le stade de l’incantation, la prise de conscience des problématiques étant largement acquise, pour se concentrer de manière très pragmatique sur les conditions de mises en œuvre d’un cadre permettant la réussite de cette transition qui, au passage, aura un impact positif sur le plan de la croissance. Ce réalisme assumé ne traduit pas un désintérêt sur la question, il permet au contraire de dépasser l’étape du débat général pour entrer dans un débat sur les conditions concrètes de l’opérationnalité. 

 

Nous sommes bien ici dans l’écologie de l’action qui elle aussi inévitablement se confrontera à l’écologie de combat, l’idéal ne constituant pas par essence le maître étalon de la transition mais un objectif à atteindre dans le temps. Il ne s’agit pas pour autant de les opposer, les luttes révélant dans bien des cas un appétit pour le débat et la construction de propositions alternatives à des projets aberrants. Le combat des opposants à l’aéroport de Notre-Des-Landes est ainsi emblématique. Aux contre-propositions constructives, les maîtres d’ouvrage répondent par un silence méprisant ou par des écrits insultants stigmatisant les opposants comme des citoyens anti progressistes ! 

 

Dans une campagne présidentielle, il y a des symboles qui comptent. François HOLLANDE, pour crédibiliser sa méthode contractuelle et son objectif de transition écologique, gagnerait à s’engager à mettre fin au très coûteux projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes. Il marcherait ainsi sur les pas de François MITERRAND qui en 1981 avait enterré le projet d’extension du camp militaire du Larzac.          

 

A lire

 

L’article d’Hervé KEMPF, http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/28/l-ecologie-est-un-combat_1635804_1471069.html

 

Le discours de François HOLLANDE au 36ème congrès de France Nature Environnement,

http://francoishollande.fr/actualites/francois-hollande-au-36eme-congres-de-france-nature-environnement/


Commenter cet article

Jacobi 06/02/2012 09:58

Ce texte est assez incroyable, d'abord le titre qui laisse entendre que Hollande aurait dit qq chose a propos de notre dame des landes . Or il n'en a jamais rien dit comme il est resté évasif sur
l'ecologie, mis a part la relance de l'EPR, ne proposant s'il est élu qu'un débat ...
L'auteur de ce texte prévoit que l'abandon de notre dame des landes serait comme pour le larzac et mitterand, un argument pour faire voter pour Hollande . Encore faudrait-il qu'il en parle .
Par contre, après avoir vu EVA JOLY à Caen, mon choix est fait pour le premier et le 2eme tour ou je voterai pour elle .