Vite François, détache-toi du boulet Vert avant qu’il ne t’attire vers le fond !

Publié le par l'agora de Bretagne

Par Christophe KERGOSIEN & Pierrick MORIN

 

 

Accord, pas accord ? Les négociations entre les Verts et le Parti Socialiste commencent à virer au ridicule, si ce n’est au pathétique quand ici leur temps est accaparé à trouver un accord sur le nombre de circonscriptions promises aux Verts et que l’Europe en crise scrute avec angoisse la dérive de la Grèce dont le naufrage est interdit. 

 

Il existe des moments totalement décalés dans la vie politique qui interrogent sur la crédibilité de leurs acteurs. Ce qui mériterait une brève de comptoir vu le piètre niveau des échanges des négociateurs fait désormais l’objet d’un feuilleton journalistique quotidien. Entre Santa Barbara et ça, il n’y a même pas l’épaisseur d’un tube cathodique. On peut même se demander à la vue de cette cuisine d’appareils toujours aussi indigeste si la gauche sera à la hauteur des espoirs nés du succès de la primaire citoyenne. 

 

Car, en ce moment avec cette débauche de bêtises et de petites phrases à mille lieues des préoccupations des citoyens, c’est bien le souffle de la primaire citoyenne qui commence à s’envoler ! Et ça, ce n’est pas tolérable, on ne peut prendre plus longtemps les citoyens électeurs pour des imbéciles.

 

La vérité, c’est qu’il ne peut y avoir d’accord sérieux entre François HOLLANDE, le seul candidat présidentiable à gauche, faut-il le rappeler, et les Verts dont on sait depuis le départ que les exigences ne sont pas acceptables. Ils ont choisi de procéder par ultimatum pour obtenir satisfaction ce qu’un probable futur président ne peut accepter une seule seconde sur la forme. L’opinion publique en est témoin, tout le monde a compris ce que voulait les Verts comme tout le monde a entendu la réponse précise et claire de François HOLLANDE. Et en politique, il est rarement conseillé de changer de cap au risque de se perdre ce que l’électorat sanctionne immédiatement car il n’aime pas être mené en bateau. Personne ne sera dupe du gloubi-boulga que constituera un accord si accord il doit y avoir.

 

François HOLLANDE a-t-il intérêt à conclure un accord ? Aucunement car ce serait prêter le flanc à son adversaire, Nicolas SARKOZY qui commence déjà à s’amuser de cette situation cocasse qui affaiblit objectivement François HOLLANDE sans permettre à Eva JOLY de progresser. Même Jean-Luc MELENCHON reprend du poil de la bête, c’est dire ! 

 

Depuis deux jours, les électriciens montent au créneau, Henri PROGLIO en tête, ils mettent la pression, dénoncent l’absurdité, le coût financier, humain et environnemental, d’une sortie du nucléaire. Tout ceci est de « bonne guerre » et, le trouble aidant, se traduit pour François HOLLANDE par des pertes de voix potentielles. C’est ainsi que trois points de sondage s’échappent au profit de Nicolas SARKOZY qui n’en demandait pas tant. 

 

Il vaut mieux pour la crédibilité de chacun que François HOLLANDE et Eva JOLY en restent là. Ils se retrouveront naturellement au soir du 1er tour sur la base d’un rapport de force classique et la répartition des circonscriptions se décidera après la présidentielle tout comme le destin énergétique de la France qui mérite un véritable débat organisé dans la sérénité à l’échelle du pays comme s’y est engagé François HOLLANDE. Dans l’intervalle, Eva JOLY aura toute liberté de s’exprimer, François HOLLANDE également. Il sera surtout plus à l’aise et plus solide devant le Président sortant car paradoxalement tous les accords ne renforcent pas, il y en a même qui plombent sévèrement ! Autant tirer dès maintenant les conclusions de cette séquence, si bien entendu comme on l’espère, la victoire en 2012 demeure l’objectif. Nous avons encore devant nous une bonne semaine de souffrances puisque le 19 novembre est la date butoir retenue pour ces négociations mais si les acteurs de cette mauvaise blague avaient l’amabilité de les abréger, nous n’en serions que plus reconnaissants. 

 

Il est urgent pour François HOLLANDE de renouer avec la dynamique de la primaire et de faire de sa pré campagne et de sa campagne les meilleures illustrations de l’esprit de sa République contractuelle. 

 

agora-un-boulet.jpg

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article

Alain Tortelier 09/11/2011 22:35


moi je voyais le titre inverse : "Eva détache toi du boulet PS avant qu'il ne t'attire vers le reniement."
Mais c'est sans doute une question de point de vue