« Cette dynamique ne viendra pas des Etats-majors mais de mobilisations » Une candidature forte d’union des gauches pour battre la droite ! Par Guillaume FILLON

Publié le par l'agora de Bretagne

« Cette dynamique ne viendra pas des Etats-majors mais de mobilisations »

Une candidature forte d’union des gauches pour battre la droite !

Par Guillaume FILLON

Vous le savez peut-être, je reste convaincu qu’une candidature forte d’union des gauches, des démocrates et des écologistes anti-libéraux,  soudée autour d’un projet partagé pourrait mettre fin, dès le premier tour des présidentielles de 2012 au cauchemar que nous vivons depuis 2002.C’est l’arc-en-ciel des alternatives que j’ai toujours appelé de mes  vœux et qui guide toujours mon engagement politique au sein d’Europe Ecologie Les Verts.Car je crois au consensus plus qu’au compromis, au parlementarisme plus qu’à la présidentialisation, au dialogue plus qu’aux recettes toutes faites que l’on impose. Et si nos assemblées délibérantes (Assemblée nationale et Sénat) sont des lieux à revaloriser, elles peuvent faire de la place à toutes les sensibilités politiques et restaurer une souveraineté nationale renouvelée, à l’image d’un pays qui discute tout en avançant. Et même en cas de victoire, il faudra donner toute sa place à une opposition qui participe et propose.Pour autant, la politique nous impose des faits qui ne permettent pas encore de voir émerger une telle dynamique. Regardez nos 577 députés.  Qu’y voyez-vous ? Celles et ceux que vous côtoyez au quotidien ? Une majorité de femmes ? Des jeunes ? Des chômeurs ? Des ruraux sans cravate (bon d’accord, c’est interdit dans l'hémicycle !) ? Des « minorités visibles » ?.... Non… Vous y voyez l’élite éclairée de toutes les avant-gardes de mouvements puissants.La plupart des mouvements et partis d’alternance ont soit engagé un processus de primaires (PS, EELV, Front de Gauche), soit se sont agrégés autour d’une personnalité « providentielle » (Modem, « Centristes »….). Ces processus, du moins ceux qui font appel à des choix démocratiques ouverts, doivent être menés à leur terme et nous devons nous y associer partout où cela est possible car c’est parfois l’occasion d’oser la différence et de créer la surprise par votre vote !L’idée d’une convention nationale de l’opposition, même si elle n’est pas abandonnée semble difficile à mettre en place tant le calendrier parait juste. Mais rien n’est impossible en politique et sans doute pourrons-nous dès janvier 2012 créer la surprise par la plus large mobilisation de toutes ses oppositions qui ne demandent qu’à se rejoindre tout en conservant leur identité propre. Cette dynamique ne viendra pas des Etats-majors mais de mobilisations dont il serait présomptueux de parler dès aujourd’hui.Il est donc inutile aujourd’hui d’appeler à telle ou telle candidature unique de l’opposition sans connaître les contenus (sur lesquels nous pouvons d’abord influer en interpellant les candidat-es aux primaires) et sans connaître les personnalités envisagées pour les porter. Car même hébergés sous un même mouvement, André Chassaigne n’est pas Jean-Luc Mélanchon, Eva Joly n’est pas Nicolas Hulot et Martine Aubry n’est ni François Hollande ni Arnaud Montebourg…Pour ma part, je commencerais donc par soutenir Eva Joly au sein d’EELV tout en trouvant quelques idées pour interpeller le Front de gauche et le PS sur la relocalisation de nos productions agricoles et industrielles, la conversion de notre économie et la création d’emplois, sur la sortie progressive du nucléaire, sur la reconnaissance et l’égalité de tous les droits, sur la contribution  énergie-climat, sur la primauté de l’éducation et de la culture sur l’accumulation de biens de consommation…. Et ensuite j’apprécierais la situation politique de 2012 au regard de ce qui nous est proposé par les uns et les autres sans renoncer à la meilleure façon de les faire gagner.

parapluies-arc-en-ciel.jpg

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article